Chapitre III : An de grâce 3177

Aller en bas

Chapitre III : An de grâce 3177

Message  Nalim le Sam 27 Fév - 17:45

Il n'y avait qu'une couleur. Le gris. Omniprésente, cette nuance de blanc et de noir était habituellement symbole de dépression et de malheur. Pourtant, Nalim et Zaiede en étaient cernés. Le sol était étrangement dur, parcouru d'épaisses lignes blanches et large d'une bonne douzaine de mètres. Approchant sa main du chemin, il vit un monstre de métal foncer sur lui en émettant un son atroce. Sans chercher à comprendre, Nalim plongea sur Zaiede pour lui éviter de se faire dévorer. Arolf grognait et fixait le monstre, prèt a bondir sur cet ennemi. Préparant un nouvel assaut, ils se retournèrent pour affronter le monstre, mais celui ci continua son chemin comme si de rien n'était.

"Mais... C'était quoi ce truc ??
-Qu'est ce que j'en sais ? Étais-ce le Démon que nous devons occire?
-Hm, je me demande comment je vais pouvoir le combattre, sans armes..."

En effet, Nalim n'avait plus son arme fétiche. Il remarqua dans un second temps qu'il ne portait plus les mêmes vêtements. Un haut de tissu tout bleu, ouvert au centre laissant un second vêtement noir orné de symboles étranges. Son pantalon le gênait : ce n'était plus son bas de combat resserré aux chevilles mais quelque chose de moulant qui le dérangeait plus qu'il ne pouvait supporter. C'est alors qu'il sentit quelque chose de dur sur sa ceinture. Un étui de cuir était accroché près de sa poche droite. Il retira le scratch et empoigna l'objet en forme de L par la poigne. Il y avait deux trous : un premier entre le poigne et le "tube", un second tout au bout, plus petit et moins large. Dans le premier se trouvait une languette métallique.

"Qu'est ce que c'est?
-Je ne sais pas... -Nalim remarqua un triskèle sur la poigne- A moins que..."

Il pointa l'objet vers le sol.

"Je sais m'en servir"

Nalim appuya sur la languette. Un son, encore plus fort que le cri du monstre s'échappa de l'engin métallique. C'était une arme. Sa nouvelle arme.

"... La classe."

Nalim
Admin

Messages : 16
Date d'inscription : 31/01/2010
Age : 26
Localisation : 91

Voir le profil de l'utilisateur http://arpenteurs.forumaction.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre III : An de grâce 3177

Message  zaiede le Dim 14 Mar - 1:47

À son tour Zaiede s'observa attentivement, elle portait un étrange ensemble assez dénudé dans une matière noire et brillante qui ne lui allait pas si mal, à sa ceinture était attaché un fouet et à sa cuisse, elle sentait dissimulé un long poignard. Ses cheveux étaient quant à eux attachés en une longue tresse. Nos aventuriers commencèrent à avancer prudemment dans les entrailles de cet étrange lieu, les habitants de cette cité avaient l'air normaux et paisible, ils ne faisaient pas attention aux êtres humains. Un de ces monstres s'arrêta devant eux, nos deux compères se mirent aussitôt en position de combat, mais leur adversaire ne semblait pas s'en soucier, il ouvrit ses ailes et ce fut la stupéfaction que l'on pu lire sur le visage de Nalim et Zaiede, car deux personnes. Un homme et une femme sortirent en riant du ventre de la créature qui referma ces ailes et sembla s'être endormi.
- Mais, c'est quoi cette créature ? Pourquoi les habitants ne sont-ils pas pris de panique ? Dit Zaiede
- Je ne sais pas, mais ils ont l'air de vivre en paix avec eux donc ce ne sont pas celle là que nous devons éliminer. Déclara Nalim
- Tu as raison, bon la nuit ne va pas tarder, cherchons une auberge pour la nuit où nous reposez.
- Mais nous n'avons même pas d'argent ! Dit Nalim en posant ses mains sur ses cuisses, qu'il retira aussitôt surpris, car il y avait quelques choses dans ces vêtements. Il sortit un petit sac carré en peau de bête tannée d'où il retira plusieurs morceaux de parchemin bizarre et vert. Ils se regardèrent étonnés avant de reporter leur attention sur leur découverte. Une femme s'arrêtât près d'eux émerveiller par Arolf.
- Oh, qu'il est mignon ! Il est à vous ?
- Euh oui ! Répondit Zaiede en caressant la tête de son loup.
- Mais je vous reconnais ! Vous êtes la célèbre équipe de détective et tueur à gage qui à arrêté le mois dernier le tueur de minuit !
Nos deux héros se regardèrent avant de répondre.
- Si vous le pensez !
- Êtes-vous sur l'enquête au sujet de cette créature qui a déjà fait cinquante victimes en trois jours ? Quels sortent d'animales peut faire une chose pareille ?
- De quoi parlez vous ?
- Vous n'êtes pas au courant ? Pourtant, on ne parle que de ça aux infos ?
Détectives ? Tueurs à gages ? Infos ? Cette femme avait d'étranges mots que nos héros ne comprenaient pas.
- Nous étions en voyage loin d'ici, nous venons seulement de revenir ! Enchaîna très vite Zaiede.
- Oh je comprends ! Et bien je vais vous expliquer alors ! Dit la dame gaiement, mais d'abord rentrons nous réchauffez !
Elle les conduit dans une grande auberge à l'allure très bizarre et leurs commanda des décoctions noires délicieux qui les réchauffa !
- Voilà, il y a trois jours un bateau à été retrouvé près du port, il dérivait et comme il n'y avait pas de réponse, les sauveteurs sont parti nombreux pour le voir et ce qu'ils ont trouvé n'était pas beau à voir ! L'équipage entier avait été massacrées, ont dit qu'ils ont été égorgés et mangés a moitié. Les sauveteurs ont trouvé des traces étranges dans le sang qui commençait du fond de la cale et qui se terminait sur les bords du pont, ils pensent que c'est un animal qui a fait cela et qui à ensuite sauté dans l'eau.
Le silence s'installa, nos compagnons avaient trouvé leur cible, leur conteuse bu quelques gorgées de sa boisson avant de reprendre.
- Les autorités locales ont donc décidées de vérifier les plages au cas où elle se serait noyée, mais ils n'ont rien trouvé à part les mêmes traces de pas que sur le bateau qui se dirigeait vers la ville. Pas la moindre trace de cet animal. Le lendemain, un entrepôt sur les docks a été sauvagement attaqué comme ce navire, le seul survivant a eu le bras arraché et est dans un tel état de choc qu'il est comme mort. Et enfin aujourd'hui matin c'est un bar en début de ville qui a été massacré il n'y a aucun survivants.
Elle bu de nouveau quelques gorgées.
- les autorités ont décidée d'installer un couvre-feu, car la créature n'attaque que la nuit.
Zaiede réfléchissait, elle était en fait en train de se repasser tout ce qu'elle savait des démons afin d'identifier le meurtrier, mais pour l'instant rien ne lui venait.
- La nuit ne va pas tarder peut être pourrions nous partager un taxi ! Leur dit soudainement leur interlocutrice.
- euh d'accord ! Répondirent en coeur nos héros. La femme pris une liasses de ces papiers verts et les donna à la serveuse. Nalim en conclu que cela devait être leur mode de paiement puis ils sortirent et aussitôt un des monstre de métal s'arrêtât devant eux et ouvrit ces ailes. À l'intérieur se trouvait un vieil homme devant un rond de métal qui leur souri !
- Bonsoir mes amis, alors cette virée cela a été ?
- très bien merci ! Répondit Nalim autant faire comme s'ils savaient ce qui se passe. Tous les quatre montèrent à l'intérieur de la créature qui referma ces ailes et qui commença à avancer.
- alors Héléna, comment va votre mère ? Demanda le vieillard à Zaiede.
Prise au dépourvue par l'appellation qu'on lui attribuait dans cette contrée, elle regarda Nalim qui fit signe de répondre.
- Très bien merci !
Le reste du voyage se passa dans la bonne humeur du vieil homme et de leur nouvelle amie, puis la créature, que les humains nommaient « voiture» s'arrêtât devant une grande bâtisse de pierre.
- Vous voilà arrivé ! Je vous offre la course ! Dit la dame en souriant
- Merci ! Répondit Nalim. Prenez soin de vous !
- Que les dieux vous protègent. Dit Zaiede
Leurs nouveaux amis les remercièrent en s'en allant laissant Nalim, Zaiede et Arolf devant un grand bâtiment, nos deux héros tournèrent alors leurs yeux vers le ciel étoilé, en sachant que leur aventure allait commencer.
avatar
zaiede

Messages : 19
Date d'inscription : 31/01/2010
Age : 28
Localisation : mont-sur-marchienne , belgique

Voir le profil de l'utilisateur http://lalumineuseemeraude.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre III : An de grâce 3177

Message  Nalim le Mer 17 Mar - 0:04

"Qu'est ce que c'est que..."
L'air dégoutée, Zaiede tenait du bout des doigts un morceau de... quelque chose de marron et puant. L'odeur empestait dans toute la chambre, mais au moins, l'heure qu'ils avaient passés a chercher sa provenance venait de porter ses fruits.
"Aucune idée, balance ca par le fenêtre je vais pas tarder à étouffer là..."

Après la petite discussion avec l'inconnue, ils avaient décidé de trouver logis dans l'étrange cité. Malheureusement, ils n'eurent pas le temps de demander à la femme qui les avait interpellé de les conseiller et furent emportés par la foule qui les avait emporté en une vague bruyante au loin. Ils durent donc se débrouiller seuls, jusqu'à arriver en face d'un bâtiment vétuste, ou des lettres de feu clignotaient en un "MOTEL" rouge au croisement d'une sombre ruelle. Aussitôt leur apparut un homme d'un poids respectable qui s'avéra être le propriétaire de ce "luxueux motel aménagé" d'après ses dires. Après avoir réservés une chambre en échange d'une petite liasse de papier vert, l'homme leur donna la clé de la chambre 42, en précisant à maintes reprises que s'ils voulaient rester une nuit de plus, il faudrait repayer. Ainsi arrivèrent-ils dans une chambre infestée de cafards et autres nuisibles, et dont l'air ambiant était simplement irrespirable.

Il commençait à faire jour, la fatigue se lisait sur leur visage alors qu'ils se motivèrent à ne pas se coucher, et d'aller suivre les indications de la femme en allant au port de la cité. Ils furent accueillis par des marins et autres ouvriers portuaire avec enthousiasme dans d'immenses docks ou siégeaient containers d'aciers par milliers. Un véritable labyrinthe moderne pensa Zaïede. Ou qu'ils allaient, les gens se retournaient pour les regarder, tant que cela commençait à sérieusement les gêner.

" Regarde Nalim ! Apparemment, ici on est célèbres.
- Je ne sais pas vraiment si c'est une bonne chose...
- Pas faux, mais profite un peu plutôt que de garder cet air morne !"

Un homme s'approcha d'eux, leur proposant de le suivre. Interloqués par le bégaiement de l'homme à leur adresser la parole, ils durent lui demander à plusieurs reprises de se répéter tant son langage était inintelligible. Il les conduisit sur une petite barque sur laquelle était attachée un gros bloc de métal qui s'agita bruyamment lorsque leur guide tira sur une fine cordelette. Mise en mouvement, la barque s'approchait sans difficulté d'une gigantesque embarcation au milieu de la jetée. Ils arrivèrent à hauteur du soi-disant "cargo" lorsqu'un homme leur fit signe du haut, leur lançant une échelle de corde. Ils abandonnèrent l'embarcation sans leur guide bégayeur.

Zaiede eut la nausée en arrivant sur le "lieu" et se plaqua la main contre la bouche. Le pont principal était écarlate. Des traces de sang étaient peintes dans tout les sens, laissant par endroits visible la rouille du pont. Leur guide, apparemment habitué à ce genre de scène s'engouffra alors dans un petit couloir, lui aussi recouvert de sang du sol au plafond.

"Quelqu'un à t-il vu la chose ? demanda Nalim a leur guide
- Pas à ma connaissance. En même temps, je ne l'espère pour personne car vu ce qu'il reste des corps...
- Et comment ont été retrouvés les corps... je veux dire, où ? s'interrogea Zaiede
- La question serait plutôt comment. L'un d'eux n'avais même plus de tête lorsqu'on les à retrouvés ! On à vite fais d'appeler les flics.
- Et ou va t-on là ?
- Dans la salle de contrôle. On dirait que c'est là que tout à débuté.

Ils ne tardèrent pas à comprendre pourquoi...

Nalim
Admin

Messages : 16
Date d'inscription : 31/01/2010
Age : 26
Localisation : 91

Voir le profil de l'utilisateur http://arpenteurs.forumaction.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre III : An de grâce 3177

Message  zaiede le Sam 17 Avr - 13:40

Lorsque nos deux compères arrivèrent dans la pièce, ils ne purent retenir un haut le cœur , car l’odeur de sang et de mort hantait la salle de contrôle. Les corps des marins étaient éparpillés de tout les cotés, mastiqués, dévorés et écartelés. Zaiede combattit son envie de sortir de la pièce pour se pencher sur les restes des cadavres qu’elle examina attentivement. Nalim quant à lui interrogea les personnes présentent.

- Que transportait ce bateau ?
- Des marchandises venant du sud ! Des meubles , des antiquités , des vieilles poteries.
- Venant du sud, vous en êtes certain ?

- Oui, les papiers du navire sont formel.
- Tu trouves quelque chose d’intéressant ? Demanda-t-il à Zaiede.
- Certains des corps ont simplement étaient déchiquetés dans la seule intention de tuer. Ceux qui sont là-bas, dans le fond de la salle, eux par contre, leurs os ont été rongés, sucés. Ces personnes ont été considérées comme de la nourriture. Et d’ailleurs, les vêtements ont été avalés puis recrachés.
Nalim observa les corps à son tour, et ne put que confirmer ce que sa comparse venait de dire. Il y avait également des traces de combats et de brûlures sur le sol.
- Apparemment les gars ont tirés sur la bêtes mais on dirait que les balles ne l’ont même pas touchées .

- Qu’est-ce que c’est ?

Zaiede désignait un tas de pierre dans un coin de la pièce, un tas de pierre et de sable. Nalim s’approcha pour examiner, le vase avait été comme soufflé de l’intérieur, il trouva également des morceaux de verre.
- On dirait que quelque chose était enfermé là dedans.

- Tu as raison! Laisse moi réfléchir un instant, cela me rappelle une légende.
- Ah bon et laquelle ?
- Lorsque j’étais en apprentissage, ma tutrice nous a appris les différents démons qui peuvent hanter la planète, l’un d’eux est appelé Samaël, le chien des enfers. C’est un démon que l’on a réussi à enfermer dans la pierre. C’est le seul démon qui peut faire ce genre d’atrocités.
Samaël ! Comment va t’on faire pour le tuer? Alors qu’on n’avait réussi qu’à l’enfermer. Zaiede et Nalim quittèrent le bateau pour retrouver la terre ferme, la tête pleine de questions encore sans réponse. Zaiede n’avait pas envie de retourner dans cette endroit sale et puant, elle prit le carré de cuir dans la poche de Nalim que les gens appelaient «  portefeuille » et regarda à l’intérieur , elle trouva un morceau de parchemin plus dur que les autres où se trouvait une représentation de Nalim et ou était marqué quelques phrases . Elle s’adressa à leur guide bégayeur lui demandant ce que cela signifiait, celui-ci les regarda bizarrement.
- Et ben , ben c’est …. Vo .. tre votre adr….ess… votre adresse !

- Nous devons repasser à notre motel chercher notre chien, accepteriez-vous de nous y conduire ?
- Ppp, pourquoi pas ! Dit-il avec gentillesse .
 
Aprés un rapide passage au motel pour récupérer Arolf , nos héros suivirent leur guide vers un grand bâtiment au centre ville, devant lequel le vieux monsieur les avait déposés la veille. Cette bâtisse était faite de pierres rouges et blanches et semblait plus propre et plus riche que le motel qu’ils avaient trouvés . Un autre vieux monsieur les accueillit avec un sourire à l’entrée, visiblement il les connaissait !
- Bon retour parmi nous ! Tenez voici vos clés, vos bagages sont arrivés hier mais je me doutais qu’ils vous précédaient . Votre étage a été remis à neuf pendant votre absence!
- Pourriez-vous nous accompagner je vous prie ?
- Bien sur mademoiselle !
Ils remercièrent leur guide qui repartit vers le port, puis suivirent l’homme dans une cage en fer qui s’éleva dans les cieux, décidément cette dimension relevait beaucoup de bizarreries pensa Nalim, cette cage s’arrêta au chiffre neuf et s’ouvrit pour laisser apparaitre un couloir richement décoré et au milieu une énorme porte en bois.
- Bienvenue chez vous ! Déclamât le guide avec un grand sourire.
avatar
zaiede

Messages : 19
Date d'inscription : 31/01/2010
Age : 28
Localisation : mont-sur-marchienne , belgique

Voir le profil de l'utilisateur http://lalumineuseemeraude.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre III : An de grâce 3177

Message  Nalim le Ven 4 Juin - 13:33

Après un bref remerciement, le guide prit congé. Le couloir menait sur une énorme salle de vie. Une baie vitrée donnant sur un balcon s'étendait à la place d'un des murs. Plusieurs meubles insolites décoraient la pièce : des tables aux angles arrondis, des bibliothèques aux formes improbables, sans compter le carré noir et lisse collé sur l'un des murs... ce n'était vraiment pas le même monde. Les murs gris clair reflétait le visage de Nalim, qui ne se reconnut pas. Ses traits étaient plus marqués, le visage beaucoup plus pâle, et un petit nez étaient autant de différences qui le désorientait totalement.

Zaiede se dirigea vers le balcon, mais resta figée des qu'elle se fut penchée sur la rambarde. Plusieurs secondes s'écoulèrent avant qu'elle ne s'allonge sur le sol, haletante.

"Ca va ? demanda Nalim, plus curieux qu'inquiet.
-Je... oui, ca peut aller, lui répondit elle d'une voix frêle. On est haut, hein...
-On dirait bien oui, vaut mieux ne pas tomber !"
Elle lâcha un rire ironique avant de se relever. Depuis le balcon, on pouvait voir l'activité grouillante de la ville. Des immenses tours de métal et de verre avaient poussé dans un sol de pierre noire, où les étranges chevaux volants suivaient leur chemin dans ce labyrinthe. Du haut de leur maison, ils paraissaient ridiculement petits...
Zaiede, qui avait pris position sur le canapé, interpella Nalim.

"Il faudrait peut être commencer par analyser la situation. Je n'ai vraiment pas envie de rester ici, et Arolf non plus. Que savons sur Samaël ?
-Il n'attaque que de nuit, et apparemment dans les points d'eau.
-Un chien qui aime l'eau... Je dois avouer que cela me parait étrange, mais soit.
-Ce n'est pas non plus un chien ordinaire. On ne sait absolument rien sur lui.
Elle acquiesça lorsque soudain, un bruit sourd provenant du couloir les fit sursauter. Puis un craquement. Enfin, la porte s'ouvrit dans un grand fracas, laissant deux hommes entrer. Les deux portaient un costume noir à chemise blanche, ainsi qu'un petit insigne accroché au niveau de leur torse, exactement au même endroit. Chacun d'eux portait le même genre d'arme que celle de Nalim.
L'un d'eux prit la parole.

"Ne touchez pas à Samaël et rentrez chez vous."

Nalim
Admin

Messages : 16
Date d'inscription : 31/01/2010
Age : 26
Localisation : 91

Voir le profil de l'utilisateur http://arpenteurs.forumaction.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre III : An de grâce 3177

Message  zaiede le Mar 3 Aoû - 16:50

- Que venez-vous faire ici ?
- Ne vous approchez pas Samaël.
- Pourquoi le protégez vous ?
- Cela ne vous regarde pas.
- Bien sûr que si, puisque c'est à nous de le tuer !
- je vous le déconseille, ou cela ira mal pour vous.
Zaiede analysa la scène attentivement, la seule action qu'elle pouvait entreprendre rapidement pouvait tout aussi bien rater. Il ne suffit que d'un regard vers Nalim pour que celui-ci comprenne ses attentes,
« décidément, un lien nous unis pour avoir une telle complicité !» pensa notre héroïne.

- ce n'est pas deux chiens galeux tels que vous, qui nous arrêterez ! Déclara son compagnon de voyage.
Gagner, les deux hommes tournèrent vivement vers lui, ce qui permit à Zaiede d'attraper son fouet avant de se jeter sur le plus grand des intrus, Nalim se chargeant de l'autre. Le combat fut brève, mais dur, car les deux costauds ne se laissèrent pas faire, C'est alors qu'en un élégant claquement de fouet et un extraordinaire crochet du droit, que les deux hommes s'affaissèrent sur le sol.

- bien joué !
- merci, mais à vrai dire j'ai agi d'instinct ! Tu es blessé ?
Le sang lui coulait en jets rapide du nez, lorsqu'elle l'approcha.

- seulement le nez en piteux état, ce n'est rien j'ai déjà eu pire, attachons les avant qu'ils ne se réveillent.
- d'abord il faut te soigner, sinon tu vas te vider de ton sang.
L'obligeant a s'assoir sur la chaise, elle entreprit de soigner son compagnon grâce à ses dons, cette image n'était pas sans lui rappeler son passé, ce qui lui était encore douloureux, mais passa sous silence cette tristesse soudaine. Bien que Nalim avait remarqué ce brusque changement d'attitude, il n'interrogea pas sa condisciple, respectant son silence.

- mais que fait il ? Cria-t-il soudainement
- Arolf !!!!
Le magnifique loup gris-roux s'était approché des deux étrangers et avait entrepris de leur lécher soigneusement le visage en remuant la queue.

- mais enfin qu'Est-ce qu'il te prend ?
- il va s'expliquer attend une minute.
- je te demande pardon ? !
Avec le regard que Nalim lui lançait, Zaiede avait l'impression d'être folle et c'est exaspérée qu'elle lui répondit

- Arolf est une partie de moi, je te rappelle !
- oui et ?
- et bien, je peux faire en sortent qu'il nous parle !
Suite à ces paroles, elle s'abaissa au niveau du front du loup avant de marmonner une incantation. Puis se releva.

- et maintenant peux tu me dire ce qu'il t'ait passé par la tête ?
Nalim n'en crut pas tout de suite ses oreilles lorsqu'il entendit l'animal répondre avec un timbre de voix caverneuse.

- ces hommes ne sont pas dangereux, ils ne sont que les messagers et ne cherchaient nullement à vous nuire. Ils ont peur de vos pouvoirs !
Zaiede et Nalim se regardèrent interloquer par cette révélation et le silence s'installa.
avatar
zaiede

Messages : 19
Date d'inscription : 31/01/2010
Age : 28
Localisation : mont-sur-marchienne , belgique

Voir le profil de l'utilisateur http://lalumineuseemeraude.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre III : An de grâce 3177

Message  Samaël le Mar 5 Oct - 23:31

Pourquoi ces mêmes effluves traversaient son corps à chaque fois ? Pourquoi, lorsqu'il tendait le museau, il oubliait totalement ce qu'il était et se transformait en ce quoi il avait toujours lutté, jadis ?
Des bribes de raison lui parvenaient de temps à autres, sous la forme de sensations qu'il l'avait déjà fait frisonner alors qu'il n'était encore qu'un jeune Humain. Tout ces souvenirs convergeaient inévitablement vers une même scène...

La lune se levait tout juste. Une magnifique pleine lune jaunâtre. Sa lumière était si intense qu'elle couvrait les autres étoiles. Une nuit sans pareille... d'autant que la plupart des habitants de Cartagel étaient très superstitieux. Ceux qui n'avaient pas peur que la Lune ne tombe sur eux pensaient qu'elle était accompagnatrice de malheurs en tout genres.
Mais pour Samuel, ce n'était qu'un cercle dans le ciel, une étoile plus grosse que les autres, et tellement plus belle ! Il pouvait passer sa nuit a contempler cet œil des Dieux qui le fixait inlassablement, avant que le Soleil ne reprenne ses droits.
Fut-ce un hasard si cette nuit serait la seule dont il se souviendrait dans son existence, alors que le Temps et le Destin avec encore un sens ?
Cette nuit, il ne voulut plus contempler la Lune par la fenêtre de sa chambre. Samuel voulait échapper à ces murs qui l'empêchaient de communier avec son Astre fétiche.

Ainsi, Samuel s'éloigna doucement de sa couche, caressa la joue de sa femme tendrement. Il s'éloigna de son foyer, de quelques pas. Le vent frais de la nuit le fit sursauter : il aurait du mieux se couvrir. Mais peu importe, il ne resterait pas longtemps dehors. Son vingt-cinqième automne avait durci ses muscles, il s'engagea à réussir à faire le tour de la cité au pas de course. Sans s'arrêter cette fois.
Il ne croisa absolument personne pendant sa petite course. Même sur les fortifications il n'y avait pas un seul mouvement. Mais il était bien trop occupé a courir, les yeux au ciel, pour remarquer ce détail. Inconsciemment, il fit le trajet qu'il prenait chaque jour. D'abord à la tannerie du coin, récupérer les quelques haillons qu'il ne jèterait pas, puis le raccourci par la petite ruelle jusqu'au forgeron ou il travaillait toute la journée. Il fut intrigué par cette échoppe qu'il avait l'habitude de voir pleine d'activité, dont il reconnaissait la chaleur avant même d'y entrer. Il continuait sa course vers ces lieux qu'il connaissait de jour, et les redécouvrait de nuit.

Sans s'en rendre compte, il avait déjà parcouru toute la ville de fond en comble. Et après les murs de pierre, qu'y avait-il ?


Hmm ? Cette odeur ! Des hauts le coeur balancait son corps contre les murs.
FAIM
Il était l'heure ce soir. Du monde en haut...
SANG
Sensations primaires... Juste le besoin...
DE TUER

Samaël

Messages : 1
Date d'inscription : 05/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre III : An de grâce 3177

Message  zaiede le Lun 31 Jan - 0:41

Le jour venait à peine de se lever, lorsque Nalim et Zaiede et Arolf arrivèrent sur la plage. Elle avait décidé de l'emmener s'entrainer, car bien qu'il soit un excellent combattant, fier et courageux, il n'était pas très expérimenté quant à l'utilisation de la magie élémentaire. D'après les écrits qu'ils avaient pu trouver, seul un magicien avait pu combattre Samaël, sans le tuer, grâce à sa maitrise du feu.
Arolf se coucha sur le sable, non loin de nos deux héros, qui se mirent l'un face à l'autre, silencieux et calmes comme les vagues de l'océan.
- La dernière fois, tu as parfaitement maîtrisé le feu, mais il me faut évaluer si tu es vraiment doué ou si ce n'était qu'un coup de chance.
- Je suis prêt.
- Bien, ouvre la paume de tes mains vers le soleil, laisse sa chaleur t'envahir, car c'est de lui que l'on tire sa puissance de feu. Lorsque tu sentiras toute sa puissance concentre la dans tes mains et libère toutes tes émotions, c'est généralement la colère et la rage de vaincre qui donne la puissance.

Nalim fit ce que sa compagne de route lui expliquait, au bout de cinq minutes d'attente, et de respiration intense ses mains s'enflammèrent, il n'en croyait pas ses yeux, mais d'où lui venait cette puissance magique ?
Fière de son élève, Zaiede, fit deux pas en arrière et appela à elle le pouvoir de l'eau, qui vint se positionner devant elle comme un bouclier. Elle s'interrogea soudain sur les origines de Nalim, comment ce faisait il qu'un jeune mage aussi doué ait été ignoré ?
- Bien maintenant, tu m'attaques !
- Quoi ?
-Tu m'as bien entendu ! Attaque-moi !
- Mais je risque de te blesser.
- Pour me blesser il faudra d'abord me toucher.

Elle vît juste, car Nalim pris ses paroles pour des moqueries et l'attaqua aussi sec, après plusieurs minutes de combat acharner, ils s'arrêtèrent essoufflés.
- Bravo, je t'avais sous-estimé, tu es doué !
- Merci ! On avait déjà réussi a te battre auparavant ?
- Une seule personne, il y a longtemps.

La douleur passa sur le visage de la magicienne, Nalim sut alors qu'il n'aurait plus de détails sur ce point. Ils passèrent le reste de la journée à s'entrainer sur la plage, Zaiede lui apprenant toutes sortes d'attaques liées au feu et aussi dévastatrices les unes que les autres.
- Tu as réussi à maitriser ses techniques en une seule journée, bravo je te félicite ! lui lança-t-elle avec un grand sourire.
- Merci, mais je dois dire que je ne me sens pas encore très à l'aise avec le feu.
- Ça viendra, un peu de patience ! Et maintenant que dirais tu d'une bonne baignade au coucher du soleil ?
- Tu es sérieuse ?
- A ton avis ! dit-elle un grand sourire aux lèvres, en enlevant son surplus de vêtement, pour laisser apparaitre un « maillot » noir, étrange habit pour les eaux qu'ils avaient aperçus à la télé.

Ils foncèrent à l'eau et y restèrent jusqu'à la tombée de la nuit. lorsqu'ils sortirent de l'eau Arolf dansa joyeusement autour d'eux comme pour saluer leur retour , Et alors qu'ils se dirigeaient vers les docks pour rentrer, le loup se figea et émit un grognement sourd et c'est là qu'ils tombèrent nez a nez avec un horrible chien noir poilu et des dents acérées comme des lames de rasoir, des oreilles énormes et des yeux d'un rouge ensanglanté, Samaël ....
avatar
zaiede

Messages : 19
Date d'inscription : 31/01/2010
Age : 28
Localisation : mont-sur-marchienne , belgique

Voir le profil de l'utilisateur http://lalumineuseemeraude.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre III : An de grâce 3177

Message  Nalim le Lun 21 Fév - 23:18

Le soleil venait tout juste de se coucher, et seule la lune éclairait la plage à présent. Les naseaux suintant de bave, l'énorme bête noire s'avançait à pas lents vers eux. Ses yeux rougeoyants étaient vifs comme le feu, et il passait son regard successivement sur Zaïede, Nalim et Arolf.
Ils commençaient à être acculés par la mer, lorsque de la main de Nalim surgit une flammeche. Zaïede détourna une seconde le regard vers lui.


"N'approches pas de..."

Trop tard. Au même instant, la flamme dans la paume du guerrier enveloppa toute sa main et Samaël bondit en direction de Zaïede qui n'eut le temps de réagir. Le poing de Nalim atteint Samaël en pleine poitrine, mais son visage se désagrégea lorsque sa peau toucha les poils de la bête, et il fut pris de convulsions. L'énorme bête était devenu un projectile énorme que Zaïede ne put éviter et tout deux s'écroulèrent en même temps.

Nalim sortit de son évanouissement en premier, avec une mine qui trahissait une migraine affreuse. Ils étaient étendus sur la plage, au même endroit que lors du combat, mais le soleil était déjà haut dans le ciel. Non loin, Arolf léchait la main de sa maîtresse dans l'espoir qu'elle se réveille. Une longue trainée de sang partait de la robe de Zaïede jusqu'au corps inanimé d'un chiot au poil roux. Sans attendre, Nalim s'accroupit auprès de Zaïede et approcha le dos de sa main de ses lèvres entrouvertes. D'un air satisfait, il lui secoua légèrement le visage jusqu'à ce qu'elle se réveille.
Dès que ses yeux s'ouvrirent, elle se redressa en sursaut comme si elle sortait d'un cauchemar. Elle regarda autour d'elle avant d'arrêter son regard sur Nalim.

"Que s'est-il passé ? demanda t-elle
-Je n'en sais pas plus que toi. Je pense que nous nous sommes tout deux évanouis lorsque ce... monstre nous à attaqués."

Elle eut une seconde d'incompréhension, puis inspira brusquement de peur. Elle retourna son regard vers le corps du chiot.
Sur son flanc, les poils étaient complètement carbonisés, et le poil roussi fumait encore légèrement. A y regarder de plus près, on pouvait voir de nombreuses entailles sur sa peau.


" Tu crois que ce truc était Samaël ?
- C'est assez étrange... regarde la trainée de sang. Tu penses vraiment qu'une telle quantité de sang peut provenir d'un seul animal, surtout de celui là ?
- Je ne pense rien pour l'instant, je veux juste savoir si c'était le démon que nous cherchons, répliqua t-il d'un ton sec.
- Eh bien, oui et non. Je pense que l'esprit de Samaël investissait ce chiot. Et je doute que son esprit soit détruit, même si son hôte est mort."

Nalim fit une moue pensive.

"Et comment traque t-on un esprit ?"

Nalim
Admin

Messages : 16
Date d'inscription : 31/01/2010
Age : 26
Localisation : 91

Voir le profil de l'utilisateur http://arpenteurs.forumaction.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre III : An de grâce 3177

Message  zaiede le Mer 18 Avr - 17:55

Chancelante, Zaiede se releva et s’approcha du corps inanimé du chiot, après un examen de la magicienne, il s’avéra que celui-ci était mort. En tant que grande prêtresse de la nature, Zaiede récita une prière afin de recommander l’âme de ce pauvre animal à la Déesse créatrice, puis elle enflamma le cadavre sans un mot.

- Tu n’as pas répondu à ma question ! lui fit remarquer Nalim
- On peut traquer un esprit comme n’importe quelles autres créatures maléfiques, c’est juste plus compliqué.
- Et comment allons nous le traquer ?

La jeune femme sourit devant le visage impatient de son compagnon de voyage, décidément, il avait tout à apprendre malgré son immense potentiel.

- Viens par ici ! lui demanda-t-elle

Il la rejoignit devant les traces de sang laissé par le démon.

- Si c’est un esprit, il aura laissé des traces spectrales derrière lui, de l’énergie négative pour être exacte.
- Et tu peux les décelés j’imagine !
- Nous pouvons les décelés ! Rectifia-t-elle, prend une profonde inspiration, en tenant la paume de ta main tendue au dessus de la trace de sang, ferme les yeux et laisse les informations venir à toi. Comme les racines d’un arbre aspirant l’eau d’ont il a besoin.

Il effectua sans rechigner l’exercice, et fut surpris lorsqu’une foule d’images vint à lui. Il ouvrit brusquement les yeux, en se tenant la tête, sa migraine venant d’amplifier.

- C’était quoi ça ! hurla-t-il
- Tu as vu ce que voit cet esprit, on peut désormais suivre ses déplacements dans cette ville grâce aux traces d’énergie qu’il laisse derrière lui.

Le jeune homme ne paraissait pas convaincu, et sa migraine qui empirait de seconde en seconde, ne l’aidait pas vraiment à raisonner. La magicienne soupira de fatigue.

- Venez, on rentre, il nous faut nous reposer, nous purifier et nous préparer pour l’affrontement à venir, et toi ! dit-elle en désignant Nalim, il faut que tu te débarrasses de cette migraine.
- Plus facile à dire qu’à faire ! maugréa t il

Lorsqu’ils arrivèrent à leur appartement, le soleil était déjà haut dans le ciel, ils savaient tous les deux que Samaël n’agit que la nuit, et que après cette défaite, il lui faudrait trouver un corps d’accueil de remplacement. Zaiede pria silencieusement la Déesse, que cela lui prenne plusieurs jours car il leur faudrait plusieurs jours pour préparer l’attaque. Nalim se jeta sur le lit tandis que Zaiede se dirigea vers la pièce de purification (bref la salle de bain quoi xD). Il entendit l’eau coulé, il savait qu’elle en aurait pour un long moment, il lutta en vain contre le sommeil.

Lorsque la jeune femme eu fini, elle le trouva endormi sur le lit, Arolf à ses cotés, elle sourit de tendresse en le voyant aussi serein, elle s’approcha de lui, caressa la tête de son loup au passage et déposa sur son nouvel ami une couverture douce, tels une grande sœur veillant sur son petit frère.

Elle se rendit ensuite dans le salon, elle fouilla dans ses propres affaires et trouva le grimoire qu’elle cherchait, en s’asseyant sur le divan, elle jeta un dernier regard vers la chambre pour s’assurer que tout allait bien ! Décidément, malgré le fait que Nalim peut être énervant parfois, elle ressentait une affection fraternelle pour lui, un sentiment plus profond qu’avec ses propres frères et sœurs décédés. Quel lien peut-il y avoir entre lui et moi ? se dit-elle.

Chassant ces pensées inutiles de son esprit, elle se concentra sur la lecture du grimoire, car il leur faudrait bientôt parcourir la ville à la cherche des ingrédients pour la potion.

avatar
zaiede

Messages : 19
Date d'inscription : 31/01/2010
Age : 28
Localisation : mont-sur-marchienne , belgique

Voir le profil de l'utilisateur http://lalumineuseemeraude.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre III : An de grâce 3177

Message  Nalim le Mar 24 Avr - 2:00

Arrivé dans leur chambre, Nalim resta silencieux. L'odeur de chair brûlée s'éternisait dans ses narines et ce, au risque d'avoir paru impoli auprès de "Madame", malgré avoir reniflé bien fort pendant le trajet retour. Tout ce qu'il souhaitait, c'était prendre une douche et il comprit bien vite son erreur lorsqu'il s'étendit son lit : elle en profita pour se diriger vers la salle de bains.

Il n'avait pas l'habitude de tant d'hygiène habituellement : il avait l'habitude de se décrasser dans une bassine, derrière un rideau qui le séparait du reste de la maison, puis il vidait son eau sale à l’extérieur du village. Et encore, il n'effectuait ce genre de cérémonies qu'une fois tout les deux jours au mieux, moins d'une fois par mois durant les années de privation. Il imaginait donc qu'il refoulait plutôt beaucoup depuis leur première rencontre, mais n'avait cure si cela avait importuné la Dame.

Nalim fit alors le point sur les évènements récents pendant qu'elle faisait couler de l'eau. Ils s'étaient retrouvés catapultés dans un monde si étrange qu'il avait du mal à comprendre comment il n'avait pas pu devenir cinglé, ce après avoir rejoint une apprentie magicienne qui maniait quelques sortilèges et prenait un plaisir tordu à lui souligner son ignorance dans ce domaine ; à raison car il ne connaissait pas grand chose aux arcanes de la Magie, tout au plus des contes que l'on réserve aux enfants avant d'aller se coucher. Lui aurait pu citer mille et unes manières d'embrocher son prochain sans qu'il ne comprenne ce qu'il lui arrive, mais la magie il s'en foutait royalement. Surtout que c'était à cause de la magie qu'il en était là, donc il n'enviait en rien ces manipulateurs.

On va dire qu'il n'était pas dans sa meilleure forme car lorsqu'il se redressa, sa migraine reprit bien plus fort. Comme sur la plage, des souvenirs qui n'étaient pas les siens s'insinuèrent dans son esprit. Il essaya de se rallonger afin de reprendre es esprits, mais la migraine empira de plus belle.

Il se trouvait devant le cadavre carbonisé du chiot. Un de ses yeux avait éclaté sous l'effet de la chaleur, l'autre était sorti et roulait à coté des cendres éparpillées de ce qu'il restait de sa chair. Son squelette était toujours là, noirci par les flammes mais intact. Du bout du museau, il essaya de toucher ce qu'il restait de son vieil ami en sachant pertinemment qu'il ne le pourrait. Un esprit ne peut pas. La mer commençait à monter, ses cendres vont commencer à être nettoyées et au matin, il n'en resterait plus rien. Les rats ne prendraient pas leur vil plaisir de déguster les restes et la moelle. Il lança alors une plainte silencieuse au ciel. Il méritait tout cela, c'était les règles du jeu.

En puisant dans ses réserves, il changea la tonalité de son cri et ferma les yeux. A une vitesse folle son esprit représenta la ville dans ses moindres détails. Il la parcourait depuis des années, il en connaissait chaque détail, chaque coupe gorge, chaque port, chaque endroit pour se rassasier rapidement. Il partit alors en quête de n'importe quoi. Quelque chose, peu importe, du moment que ça à au moins deux jambes et que ça peut se déplacer rapidement. Il entra donc dans la ville sans être inquiété par la sécurité renforcée sur les bords de quai. Il parcourait le monde des vivants, invisible et s'amusa à essayer d'arracher les jambes des passants qui ne firent que trébucher. Mais de tout ces passants, aucun ne l’intéressa. Trop laid, trop faible, il eut même l'occasion d'en remarquer un se faire renverser par une voiture en plein centre-ville.
Allait-il bien ?

C'est à ce moment qu'il comprit qu'il n'était pas seul. Habituellement, il aurait pris du plaisir à le voir agoniser lentement. Il concentra donc toutes ses forces vers le lien ténu qui le reliait à une grande tour, au centre de la ville. Il s'approcha alors à grande vitesse d'une baie vitrée avant de faire face à l'homme de la plage, allongé sur un lit grimaçant de douleur. Parfait, parfait...

Soudainement, il fut éjecté de l'appartement et se retrouva sur la plage. Ses forces avaient disparu, il avait cherché trop longtemps et n'arrivait plus à emmètre la moindre énergie. Il jura silencieusement, mais il savait où aller. Et ses trois têtes s'en léchaient les babines.


Et alors que la migraine disparut enfin, Nalim détendit ses muscles pour entrer dans un sommeil sans rêve.

Nalim
Admin

Messages : 16
Date d'inscription : 31/01/2010
Age : 26
Localisation : 91

Voir le profil de l'utilisateur http://arpenteurs.forumaction.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre III : An de grâce 3177

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum